De belles observations !

 

Malgré le retard du printemps, la migration bat son plein.

 

Le balbuzard pêcheur (grand rapace) se hâte de rentrer vers ses fjords de Norvège.

 

La première hirondelle et le milan noir (rapace charognard, nicheur sur l'Ecozone) s'installent. Certains sont tardent comme la foulque.

 

Les grèbes huppés paradent. Bientôt, Madame et Monsieur vont se succèder sur le nid où l'éclosion se déroule.

 

Les premières pontes ont déjà lieu chez le colvert. Les canards qui ont pu passer un hiver tranquille sur l'Ecopôle, rejoignent les étangs de la Plaine du Forez (canard souchet, fuligule, sarcelle d'hiver...) ou du Nord de l'Europe (canards siffleur et pilet...).

 

Vous pouvez vous régaler des premiers vols gracieux de guifettes moustac. La mouette rieuse et la sterne pierregarin s'installent.

 

Dans les champs à proximité, retentit le chant du courlis cendré et sur la haie face à la Nef, chante la fauvette grisette.

 

 

Dans son nid, la femelle de faucon crécerelle vient de pondre ses oeufs.

 

Chez les moutons solognot, les petits grandissent.

 

Nous attendons l'arrivée de la bondrée apivore, rapace de la taille d'une buse et qui se nourrit de couvains de guêpes.

 

Dans le sous-bois, la ficaire, espèce vernale, a fleuri, petit éclair jaune. La première violette est au bord du chemin.

 

La première libellule, le leste brun, seul odonate à passer l’hiver sous forme adulte, réapparait.